• Formation savon avec les mères Talaandig

    Quand j’avais mentionné dans la partie « hobbies » de mon dossier PeaceBuilders que je faisais des savons maison, je n’imaginais pas du tout la proportion que ça prendrait :) Joji est fan de l’idée et me promeut à tout venant ! C’est comme ça que je me suis retrouvée invitée chez les Talaandig une fois de plus, cette fois pas pour assister à un rituel mais pour une formation « savon » avec des femmes qui cherchent à développer leurs gagne-pains.

    Forte de l’expérience de Leyte (et de son très mitigé succès) j’ai passé les deux semaines précédant la formation à élaborer une différente façon de transmettre le savon. Je vous passe les détails techniques mais j’ai fini avec quelque chose de correct, en éliminant les explications chimiques sophistiquées et en utilisant du matériel facile à trouver et des huiles abordables. On perd en créativité et rapidité, mais on gagne en simplicité et reproductibilité.

    Tous les premiers samedis du mois les Talaandig se réunissent dans le Hall of Peace, nous avons donc fixé la date au premier samedi de juillet à 15h. Sherel (Quidz) avec qui j’étais déjà à Ormoc, m’accompagne, et Ate June et Kuya Clay, deux pasteurs et volontaires PBCI basés à Valencia nous conduisent. Ate June a organisé la formation avec Bae Liza, la femme du Datu. Zélés, nous arrivons avec 1h d’avance…pour découvrir qu’un rituel bat son plein dans la salle qu’on pensait occuper, et qu’il n’est pas près de finir.

    *Intermède occupe par une visite des artistes de la tribu qui sera le sujet d’un prochain post*.

    Deux heures plus tard il va bientot faire sombre et le rituel n’est pas fini. Quidz et Ate June arrivent à négocier un changement de salle et nous nous installons dans une salle de classe.

    N’imaginez pas (comme moi quand on m’a dit « salle de classe ») des rangées de bancs et de chaises ou un tableau noir pour expliquer facilement. Dans cette pièce à l’étage d’une maison en bambou, il y a une petite table surchargée dans un coin, et deux banig (tapis de feuilles tressées) par terre. Nous nous asseyons en rond pour le rituel d’accueil (qui est bref, Dieu merci : on dépose chacun un peso sur une assiette et on mange un bouton de fleur pendant la prière) et la formation peut commencer.

    Formation savon avec les mères Talaandig

    C’était chouette comme tout, ces femmes sont vraiment incroyables ! Elles ont beaucoup d’humour et d’idées et j’ai passé un très bon moment. Je craignais un peu pour les chiens et les enfants qui nous tournaient autour pendant qu’on manipulait des produits chimiques dangereux, mais après les consignes de sécurité (ou j’ai bien insisté sur les risques), les chiens ont disparu et les enfants se sont assis. On a coloré les savons avec la terre de leur sol, que les artistes utilisent pour peindre. J’ai vraiment eu le sentiment de « mission accomplie » quand à la fin, une des femmes a lancé à la cantonade « Rendez-vous ici samedi prochain à 7h pour refaire du savon ensemble ! »

    Formation savon avec les mères Talaandig


  • Commentaires

    1
    Al
    Mardi 8 Juillet 2014 à 09:24

    C'est super! Bravo d'avoir pu t'adapter. Tu vas passer maitre dans l'art de la pédagogie ^^ 

    Tu penses qu'elles arriveront à le vendre correctement? 

     

    Bisous

     

    Al

    2
    Mardi 8 Juillet 2014 à 09:55

    J'espere vraiment! Elles ont les arguments de vente, il y a plus qu'a esperer que les clients suivent :)

    3
    mn
    Vendredi 18 Juillet 2014 à 20:59

    Cool! Longue vie au savon!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :