• Campayapaan: Les adolescents les plus motivés du monde

    Campayapaan: Les adolescents les plus motivés du monde

     

    Je suis rentrée samedi soir de Campayapaan! J’aurais de quoi raconter pour plusieurs posts… Mais je pars demain matin tôt à Leyte (hé oui j’y retourne) et entre le retour d'un camp intense et le départ imminent pour 3 semaines d'une toute autre mission, ça se bouscule un peu dans ma tête. Bon je vais essayer quand même parce que ça en vaut vraiment la peine.

     

    Campayapaan: Les adolescents les plus motivés du monde

     

    Pour ceux qui ont manqué le début, Campayapaan c’est le camp pour la paix qu’on préparait à PeaceBuilders depuis des mois. Il a eu lieu la semaine dernière, dans une école à la montagne ouverte pour les enfants de la tribu Bla’an, au large de Koronadal, South Cotabato.

    Ce qui m’a le plus frappé pendant ce camp, et de loin, ce sont les jeunes (pas littéralement, je vous rassure). Je ne savais pas que ça pouvait exister des adolescents aussi motivés!

    Par exemple :

    1)      * Le premier jour du camp, nous avions fixé un début des activités à 10h le matin. Je trouvais ça un peu optimiste, il faut dire que certains des jeunes inscrits vivent à 9km à pieds de l’école… mais bon, pourquoi pas. Hé ben, quand on est arrivés sur le terrain (un peu dans les vapes) à 6h du matin, devinez qui nettoyait l’école en nous attendant ? A 7h ils étaient tous là, à nous regarder en attendant qu’on commence.

    2)      * Le premier jour toujours, on les répartit en 3 groupes et on leur parle de la fête qu’on fera vendredi soir pour la dernière veillée. On leur demande de préparer, chaque groupe, une danse, un chant, et autre chose. Premières questions: « On a le droit de faire plus qu’un chant ? », « Je peux faire une danse en solo aussi? » Le reste de la semaine, a la moindre pause dans le programme : « Allez on va tous répéter! »

    3)      * Sur les 20 jeunes et les 7 jours de camp, pas une seule fois nous n’avons dû reprendre un jeune. Se lever à l’aube, ranger la salle, allez à la douche, au lit, faire la vaisselle, balayer le camp… C’était fait avant même qu’on en voie la nécessité. De ma vie j’avais jamais vu ça.

    Pétard même quand je me relis j’ai du mal à y croire ! Des mômes adorables, avec ça, tout contents de jouer, travailler, chanter, danser, discuter… Moi qui étais tellement sûre que l’adolescence ça voulait dire « être d’humeur changeante et traîner les pieds » dans tous les pays, voilà mes idées toutes chamboulées…

    En plus de ça, j'avais mon petit fan club. Un groupe de filles qui au début me suivait juste de loin en rigolant et en se donnant des coups de coude "Va lui parler! - Non, toi!". Et quand enfin elles ont osé, c'était "Il est tellement beau ton nez!", "J'aime beaucoup tes yeux!" (Ai-je déjà dit que vivre aux Philippines c'était un ego boost incroyable?) Elles étaient mignonnes comme tout et le contact était vraiment sympa, entre hésitations en anglais et en tagalog.

    Je m'arrête là pour aujourd'hui parce que je tombe de fatigue, mais j'ai bien l'intention de raconter plus! A suivre...


  • Commentaires

    1
    Mel
    Dimanche 4 Mai 2014 à 19:58

    Ouah!! C'est effectivement des jeunes de "ouf" !! Quelle joie de faire un camps avec une telle motivation !

    Trouvée sur la photo de groupe :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :